Quand la graisse brûle du muscle.

quand la graisses brûlent les muscles

Le muscle peut brûler de la graisse, si l’activité physique est suffisamment intense, évidemment. 

 

Et, à l’inverse, la graisse serait-elle capable de brûler du muscle ?

 

En 2004, l’équipe du professeur Karine Clément (équipe Inserm de l’Hôtel-Dieu à Paris) a démontré que le surpoids est une pathologie inflammatoire. Cette nouvelle vision a révolutionné la compréhension du surpoids. Car l’inflammation n’est pas seulement localisée dans les tissus adipeux infiltrés par les globules blancs, mais elle se propage à l’organisme tout entier. Et parmi les messagers envoyés par les globules, il s’en trouve un, le TNF alpha, dont le rôle est de détricoter du muscle afin de libérer un acide aminé (composant de base des protéines), la glutamine, qui est le carburant privilégié des globules blancs. De ce fait, le tissu adipeux brûle bien du muscle.

 

Résultat : plus on prend du poids, plus on perd du muscle, et moins on est capable de reperdre son surpoids !

 

Malheureusement, la plupart des professionnels n’ont pas intégré les conséquences pratiques qui s’imposaient : on ne peut pas sortir du surpoids sans casser le cercle vicieux de l’inflammation ! Nous verrons, bien sûr, qu’au lieu de prendre des médicaments anti-inflammatoires, il est nettement plus efficace et durable d'adopter une alimentation anti-inflammatoire, d’utiliser des compléments nutritionnelles naturelles, de rééquilibrer sa flore digestive, et de réduire les toxiques. Par ailleurs, la lutte contre l’inflammation dans le surpoids est d’autant plus importante qu’avec le temps, l’inflammation tourne à la fibrose, ce qui rend l’accumulation de graisses irréversible.

 

Kévin NUBRET-ADONICAM

Hygiéniste Naturopathe - 0690 900 829